Donner de son temps pour sa communauté

par Entsa Riofrio — automne 2023

Comprendre, s’informer, communiquer, défendre, s’adapter, transmettre, etc. M’engager dans la représentation étudiante m’a permis de travailler et échanger avec divers publics et d’être actrice dans nos formations.

réunion hebdomadaire entre étudiant·e·s représentant·e·s au CVE

Lors de mon arrivée en Licence 2, j’ai l’opportunité de me présenter en tant que déléguée de promotion et j’y vois une occasion de mettre à profit dans mon école une des activités que j’aime le plus : aider les personnes. C’est dans une configuration particulière que je commence mon engagement, les premiers temps confinés m’amènent à y consacrer plus de temps que ce que j’ai imaginé : comprendre les demandes des étudiant·e·s, être porte-parole des inquiétudes auprès de l’administration lors de réunions hebdomadaires, résumer le plus clairement possible des réponses et les transmettre en retour à ma promotion… Toutes ces tâches se sont d’autant plus complexifiées au vu de la situation sanitaire et de la charge de travail plus conséquente dans nos études que celle-ci engendre ; cette première période de représentation est alors difficile, exténuante et prenante.

Au retour à l’école, mon rôle se simplifie et je retrouve le contact humain et réel auquel je suis sensible. C’est alors pour moi un plaisir de travailler aux côtés de l’administration pour trouver des accords et des solutions afin d’éviter des incompréhensions et inquiétudes chez les étudiant.e.s de mon année. De plus, mon engagement en tant que déléguée m’intègre dans le Conseil de Vie Étudiante (CVE), instance étudiante qui regroupe les représentant·e·s étudiant·e·s de l’école. De ce fait, en parallèle d’être porte-parole de ma promotion, je fais partie du groupe de travail Contribution à la Vie Étudiante et de Campus (CVEC), dans lequel nous décidons d’une répartition du budget alloué par la CVEC en fonction des projets et des demandes des étudiant·e·s dans l’ensemble de l’ENSA. Avec le personnel administratif et certains de mes camarades représentant·e·s, nous discutons de petits budgets comme l’attribution d’aides au voyage mais aussi de plus importants telles que les consultations psychologiques gratuites proposées en partenariat avec Apsytude.

C’est plutôt lors de mon deuxième mandat de déléguée en Licence 3 que je suis plus amenée à travailler également avec des enseignant·e·s. Je décide de me porter volontaire au lancement du groupe de travail de l’UET Engagement Étudiant afin de participer à sa valorisation au sein de notre formation et d’être confrontée à un projet plus pondérant dans notre cursus. Cela me permet d’apprendre à travailler en groupe avec des personnes ayant des propositions, des contraintes et des intérêts divers. J’y découvre alors la coopération entre étudiant·e·s, enseignant·e·s et administration.

Aujourd’hui, je suis à ma deuxième année d’engagement en tant qu’élue étudiante au Conseil Pédagogique et Scientifique Formations (CPS-F) et à ma première année où j’y endosse le rôle de Vice-Présidente. Au sein de cette instance, le cœur du sujet est l’organisation de nos formations. Mes compétences apprises en tant que déléguée y sont donc renforcées par les sujets plus conséquents qui y sont abordés : j’y apprends notamment la tolérance, la diplomatie, à défendre des postures étudiantes et à convaincre. Finalement, ce qui m’aura le plus marquée et touchée au sein de ce rôle, c’est l’apprentissage collectif entre étudiant·e·s du CVE lors de nos réunions hebdomadaires. Cette force nous a permis de gagner en confiance, de résoudre des chantiers et de faire face à la difficulté de représentation lors de la mobilisation des ENSAP, tout cela en avançant ensemble !